MarceLla Barceló - phosphènes

Du 15 mars au 26 avril 2012

"Les phosphènes, ces taches lumineuses coincées sous nos paupières. Il suffit de se concentrer un peu au début, pour que le kaléidoscope éclate, et que chacune de ses formes prennent vie, une identité. Une fleur s'étire, c'est un oiseau, qui déplie peu à peu ses ailes, la voilà à présent chauve-souris, maintenant dragon qui devient énorme et vomit quelque chose : d'autres fleurs-phosphènes, qui se divisent, ce sont des yeux, des milliers de yeux de chats. Non, ce sont les yeux d'un tigre immense! Je perds le contrôle de mes hallucinations. Un félin à mille yeux commence à attaquer un dragon, devenu un feu d'artifice, des explosions, une guerre, puis des arbres morts qui s'étirent vers mon plafond, d'où naissent des fruits extraordinaires, qui se métamorphosent à leur tour en chimères merveilleuses. Je m'endors, bercée par les images qui semblent oublier que je les regarde toujours. Même les yeux fermés, allongée dans mon lit, car elles sont maintenant empreintes, cousus à ma rétine, et elles m'aident à tisser le début du rêve, le vrai." - Marceŀla Barceló

"The phosphenes, these bright spots trapped beneath our eyelids. One only has to concentrate a bit to begin with, for the kaleidoscope to burst, and for each of its forms to come to life and have an identity. A flower stretches upwards, it is a bird which slowly unfolds its wings. Here it is as a bat, now a dragon, which becomes enormous and throws something up: other flowers-phosphenes, which in turn divide, they are eyes, thousands of cat’s eyes. No, they are the eyes of an enormous tiger! I lose control of my hallucinations. A feline with a thousand eyes starts to attack a dragon and then becomes a firework, explosions, a war, then dead trees stretch up towards my ceiling, from which spring extraordinary fruits, which mutate in their turn into marvellous dreams. I fall asleep, lulled by these images which seem to forget that I am always watching them. Even with closed eyes, lying in my bed they are now imprinted, sewn to my retina, and they help me to weave the beginning of my dream. The real one." - Marceŀla Barceló


© Marcella Barceló